February 21, 2019

January 2, 2019

Please reload

Posts Récents

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts à l'affiche

Le vin des affligés par Gabriel Charmes

March 14, 2017

 

http://belladone-editions.com/collection-de-l-olifant/60-le-vin-des-affliges-gabriel-charmes-9791094916339.html?search_query=vin&results=7&

 


GABRIEL CHARMES, UNE MÉMOIRE MODERNE

La mission première de l’éditeur est de fournir aux lecteurs une poésie nécessaire à l’autre, une poésie capable d’exprimer son temps, une poésie comme une arme, un outil, un instrument… Il n’y a qu’un filtre valable, qu’un seul tamis qui laisse passer l’ivraie tout en sélectionnant précieusement le bon grain : celui de l’enthousiasme.

 

La poésie de Gabriel Charmes est en cela inspirante : elle réussit là où beaucoup de poètes se rompent les os à traduire une modernité pratiquement prosaïque sans ni sombrer dans la vulgarité, ni dans la facilité, mais dans la beauté, même lorsqu’il s’agit de revêtir l’habit obscur d’un présent dont la lunette du futur est brisée. Ce poète nous parle de l’inconfortable impression que le monde tourne sans nous, qu’il nous échappe ou ne se laisse saisir que par dépit. Monde dont on voudrait faire reculer les murs sous peine d’asphyxie, étant tous terrés dans nos terriers de terriens, de plus en plus figés dans nos frontières… Dans une première partie, Poésies déshabitées sur les décombres de l’hypermodernité, la poésie de Gabriel Charmes recherche la source, quête de l’indispensable devenu compliqué à atteindre tant l’esprit est rendu ivre par des distractions nuisibles et multiples qui s’auto-copulent sans fin. Il y a, en Alchimie, cet endroit qui se nomme « la voie humide », ce chemin pénible à l’être qui va lui permettre de découvrir ses limites et besoins réels. Cette voie est aujourd’hui désertée, plus personne ne s’y risque.

 

Gabriel Charmes n’épargne pas ceux qui se contentent d’exister sans Vivre : « Tu veux changer le monde / Ou ton tour de taille ? » Il faudra s’y faire. La génération de poètes, du plus jeune au plus ancien, qui s’exprime aujourd’hui, n’a pas l’intention de laisser la source originelle se laisser noyer par les eaux polluées des millions d’adeptes du grand pacha-boutiquier. On retrouvera aussi dans cette première partie les fragments de vie d’un homme qui a choisi de Vivre plutôt que de se contenter d’exister, fragments présents comme des enluminures en réponse aux questionnements soulevés par sa poésie. Dans les parties suivantes, plus courtes mais tout aussi percutantes, le poète va s’approcher du cœur et faire corps avec son Art poétique, car il n’est pas de ceux qui prennent sans donner, il n’est pas de ceux qui dressent des constats lucides sans avoir dans le coin de l’œil un horizon plus beau et qui n’appartient pas forcément au passé.

 

Ce recueil est aussi un enseignement aux poètes naissants stimulés par je ne sais quel néon-noir de la gloire et veulent publier en hâte. Il aura fallu des années à Gabriel Charmes pour livrer les infusions de son Verbe : il n’a pas voulu sacrifier sa poésie sur l’autel d’une verdeur paresseuse mais sur celui de l’artisan retiré dans son humble solitude.
Je me souviens de ma première rencontre avec ce poète, il y a 22 ans. C’est par un coup de téléphone qu’une amie me le présenta en ces termes : « J’ai rencontré un écrivain, il participera à la création de notre revue, il s’appelle Gabriel Charmes et il sait des choses… » - J’aimerais pouvoir répondre à cette amie aujourd’hui évaporée : « Non, Gabriel ne sait rien il fait bien mieux, il est poète et il ressent les choses ». Je pourrais analyser sur plusieurs volumes Le Vin des Affligés tant il est riche, mais je ne suis pas ce genre de préfacier qui s’allonge en des phrases pour son propre plaisir, qui dissèque l’œuvre à en voir les tripes jusqu’au dégoût, c’est le temps venu du lecteur, il faut savoir lui laisser quelques parts de mystère.

Grégory HUCK, 14 mars 2017

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags